Slow Food dans le quartier estudiantin bruxellois.

Notre rédacteur Eric Sohl dîne avec un notaire et discute de bonnes choses, gastronomie locale, plaisirs de la vie, adresses cachées des gourmets dans leur région et aspect social de laprofession.
Un coup d’œil de l’autre côté de la vie d’un notaire. Deux règles pour cette rencontre : le notaire choisit son restaurant et la note ne peut dépasser 40€ par personne, boisson comprise.

Slow Food au cœur de Bruxelles, au restaurant Contre-Temps : goût, traçabilité des ingrédients et excellente qualité. L’une des adresses culinaires préférées du notaire Jérome Otte.

Rendez-vous au Contre-Temps, dans le quartier estudiantin de la capitale. Nous sommes immédiatement accueillis par un apéritif saisissant, une « Perle de Wallonie 2010 », vin mousseux brut du Domaine viticole du Chenoy à Émines. Un début de repas agréablement rafraîchissant avec un
« champagne » belge.

Eric Sohl: Pourquoi avez-vous choisi le Contre-Temps ?
Jérôme Otte: L’un de mes amis ma invité ici et j’ai été directement séduit par l’excellent service et la belle présentation des plats. Le fait qu’ils travaillent avec toute une série de produits locaux, à petite échelle, constitue certainement un atout supplémentaire pour le restaurant. À chaque saison, les chefs, Denis Mollet et Manu Debauve, choisissent les meilleures ingrédients pour préparer de nouveaux plats. Tous les mois, ils proposent aussi « la bière du mois », brassée par des microbrasseries belges.

Cela vous permet ainsi de découvrir, à chaque fois, un brasseur différent et surprenant. La sélection est toujours étonnante, car les goûts peuvent être tant fruités que sucrés, voire amers. Notre étude se situe en outre à proximité, ce qui est très pratique.

Eric Sohl: En quoi consistera le repas d’aujourd’hui ?
JO :  Nous commencerons par un velouté de topinambours, scorsonères, crevettes et dés de merlu (poisson).
En deuxième entrée, nous aurons des Petits Gris d’Ourchet, jus de persil à l’ail doux, veau et mousseline de céleri-rave.
Le plat principal sera composé d’un émincé de poitrine de canard, de la choucroute braisée et de légumes, le tout servi avec un jus aigre-doux. En vin, nous apprécierons un vin rouge belge : Mas des Anges, Coteaux de Montauban, du vigneron belge Monsieur Kervyn à Montauban. S’il nous reste encore une petite place, nous dégusterons une sélection de fromages, la plupart d’origine belge bien entendu.

Eric Sohl: Êtes-vous un notaire gourmet ?
JO :J’adore manger et cuisiner. Je n’ai malheureusement pas toujours le temps de cuisiner. C’est pour cela que j’aime bien choisir un restaurant sympa. Essayer de nouveaux restaurants est dès lors un chouette passe-temps. J’aime autant la cuisine raffinée de restaurants étoilés qu’un délicieux stoemp bruxellois. Je mange de tout. Andouillette de Troyes ou riz au lait artisanal, tout est bon pour moi ! Le riz au lait de ma grand-mère est l’un de mes souvenirs d’enfance. Ce goût particulier m’est toujours resté et il constitue toujours mon dessert préféré. C’est juste dommage que mon agenda chargé ne me permette pas de cuisiner plus souvent à la maison.

Entre-temps, nous sommes gâtés par les deux entrées : un velouté relevé de légumes oubliés et des escargots au veau, joliment présentés. Il s’agit ici clairement d’ingrédients de choix dans une présentation sophistiquée.

Eric Sohl: Quelle cuisine vous plaît ?
JO :La cuisine française ou italienne. Les pâtes sont toujours un plat gratifiant à préparer. Par ailleurs, j’aime aussi beaucoup la cuisine asiatique : thaï, vietnamienne ou japonaise. J’apprécie énormément les cuisines thaï et vietnamienne pour leurs plats cuits et la cuisine japonaise pour ses plats crus. Pour ce qui est de la cuisine italienne, nous avons particulièrement bien mangé en Toscane, à Florence notamment. D’ailleurs, l’une de mes adresses préférées que je souhaite partager avec tout le monde, c’est le San Daniele à Koekelberg. Je laisse toujours le chef décider lui-même de ce que nous allons manger. Et il ne nous a encore jamais déçu !

Eric Sohl: Pour vous, aller au restaurant, est-ce un événement social ?
JO :Tout à fait ! Qui plus est, les meilleurs moments sont ceux où l’on mange entre amis, que ce soit à la maison ou au restaurant.

Eric Sohl: Quel est votre plat préféré ?
JO :Un délicieux stoemp ou un savoureux waterzooi à la gantoise. Tout ce qui est à base de viande me convient ! Les parents de ma belle-mère étaient agriculteurs à Pont-à-Celles. La viande était donc bien entendu un élément essentiel de mon alimentation quotidienne. Nous avions aussi la chance d’avoir nous-mêmes un potager. Il n’y a rien de tel que des légumes frais du jardin.

Eric Sohl: Êtes-vous un connaisseur de vins ?
JO :Pas vraiment, mais j’ai mes préférences. Pour moi, les meilleurs vins sont ceux de Bourgogne. Mais il existe bien sûr également quantité de petites régions inconnues en France où l’on peut découvrir de délicieux vins, comme la Provence. Les nouveaux vins du monde, tels que les vins marocains et sud-africains, me plaisent beaucoup aussi. Je suis frappé par la qualité de ces nouveaux vins du monde qui figurent également dans ma sélection.

Le plat principal nous est servi et la présentation est de nouveau extrêmement soignée. L’émincé de poitrine de canard accompagné de choucroute braisée et de ce jus aigre-doux est une association parfaite.

Eric Sohl: Quelles sont vos adresses préférées à Bruxelles ?
JO :En fonction de mon convive, je choisis volontiers l’un des restaurants suivants :
Kumquat: on ne vient pas ici pour le décor stylé, mais pour les préparations épicées et savoureuses. Le chef est très doué. On peut donc y déguster en toute certitude un bon plat exotique à un prix raisonnable. Anecdote amusante : on y sert aussi du « Clos du Notaire » à un très bon prix.
Bon Bon: j’ai d’excellents souvenirs au Bon-Bon. Avant de commencer à manger, nous avons fait connaissance avec le chef pendant une bonne heure. Son accueil personnel nous a véritablement enchanté. Les plats y sont vraiment d’excellente qualité. Manger raffiné dans un cadre agréable : c’est peut-être pour cela que ce restaurant est l’une de mes meilleures expériences culinaires. Aujourd’hui, les prix ont augmenté et le restaurant n’est donc plus aussi abordable qu’avant, mais il s’agit d’une adresse de choix si l’on veut se faire plaisir.
Chez Fernand: cette friterie située au square de Meudon est ma préférée à Bruxelles. On y sert un hamburger avec un steak haché et des frites coupées à la main et cuites deux fois. Laurent, le fils, a repris l’affaire à présent. C’est ouvert jusqu’à 23h00, donc j’y passe de temps en temps.
La Roue d’Or à proximité de la Grand -Place : l’ambiance y est bonne et le stoemp succulent. Il faut y choisir les classiques bruxellois.

Eric Sohl: Êtes-vous un amateur de cocktails ?
JO :J’adhère pleinement à la mode du gin tonic. Nous avons bu un gin tonic mémorable au restaurant « Au Gré du Vent » à Seneffe. L’eau tonique est d’origine espagnole et l’on peut même choisir de le boire avec ou sans quinine. Hormis le gin tonic, ce restaurant est par ailleurs à recommander si l’on veut manger gastronomique en dehors de Bruxelles.

Nous terminons cette agréable pause de midi par un espresso corsé et nous nous saluons avant de rejoindre chacun son bureau.

Contre-Temps, 375,
Avenue de la Couronne 375,
1050 Bruxelles
http://www.contre-temps.be

Texte et photos : Eric Sohl

Laissez votre message

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s